L’académie de jazz de France depuis 1955

ROMANO Aldo

To Be Ornette To Te [1989] Owl

Batteur, mais aussi guitariste, chanteur (de charme swingant évidemment) et surtout élégant ciseleur de thèmes peu oubliables (notamment pour ses amis Claude nougaro ou Michel Portal), le plus « italoparigot » (comme il aime se définir) des « travailleurs immigrés » de la jazzosphère hexagonale (né en 1941 à Belluno) ne pouvait qu’être fasciné par les petites formes mélodiques sculptées par Ornette Coleman.
Imprégné d’un cantabile inévitablement latin, c’est au sein de son « quartette italien » (Franco d’Andrea au piano, Paolo Fresu à la trompette, et Furio di Castri à la basse) qu’il dévoilait sa musicalité dans ce qu’elle a de plus intime, comme s’il avait placé en exergue de son œuvre la devise « la batterie en chantant ».

P. C.