L’académie de jazz de France depuis 1955

GUIN François (1970)

Lauréat en 1970

JPEG - 69.3 ko
Paris, 21 juin 1970
©Jean-Pierre Leloir

Tromboniste, flûtiste, chef d’orchestre, arrangeur et compositeur, né le 18 mai 1938 à Contres dans le Loir et Cher.

François GUIN découvre le jazz au lycée ; il en devient vite un interprète passionné.
En 1960, il débute sa carrière dans l’orchestre de Jacques HELIAN, et accompagne Charles AZNAVOUR autour du monde, puis Johnny HALLYDAY, Michel LEGRAND, Jacques BREL, Cab CALLOWAY...
Il revient tout au jazz en 1967 avec Maxim SAURY, Bill COLEMAN puis Claude BOLLING, et dès 1968 forme ses ensembles LES FOUR BONES, puis LES SWINGERS. En 1969, il joue dans le grand orchestre de DUKE ELLINGTON, enregistre pour la firme BARCLAY deux albums dans lesquels il partage la vedette avec deux illustres musiciens de cet orchestre prestigieux : Paul GONZALVES et Cat ANDERSON. Il est classé premier trombone français au référendum « JAZZ HOT » et obtient le « PRIX DJANGO REINHARDT » qui consacre le musicien de jazz français de l’année. François GUIN participe aux festivals de jazz d’Antibe, (où il accompagne avec son orchestre Roy ELDRIDGE), de Varsovie, Prague, Montreux où il joue dans les grands orchestres de Clark TERRY et de Gerry MULLIGAN, puis avec d’autres grands musiciens américains tels Ray CHARLES, Lionel HAMPTON, Joe NEWMAN…
Quatre tournées organisées par le Ministère de la Coopération dans les années 70 l’emmènent avec ses SWINGERS en Afrique francophone (ex A.O.F. et A.E.F.) de la Mauritanie au Gabon. Chargé d’y faire découvrir le Jazz, plus particulièrement dans les milieux scolaires, il rencontre aussi des groupes folkloriques de différentes ethnies avec lesquelles Les SWINGERS vont fusionner. La réussite est totale à Ouagadougou avec les Mossi.
On peut dire aussi de lui qu’il a été un grand musicien de studio puisqu’on lui attribue plus de 2000 séances d’enregistrement, plus particulièrement avec les chanteurs des années 60-70 tels Johnny HALLYDAY, Claude FRANCOIS, Julien CLERC, Eddy MITCHELL, ADAMO, ANTOINE, Mort SCHUMAN, Gilbert BECAUD, Serge LAMA, Michel SARDOU, DALIDA, Nino FERRER, Mireille MATHIEU, NICOLETTA, Henri SALVADOR, Sylvie VARTAN, STONE et CHARDEN…et récemment Jane BIRKIN et Maxime LE FORESTIER.
Il enregistre aussi avec son orchestre de jazz 23 disques sous la forme de 33 tours, 45 tours ou CD, distribués en France, Espagne, Pologne, Japon, Canada…
Depuis 1962, il fréquente les salles les plus prestigieuses : Le Carnegie Hall de New-York, la Philarmonie de Saint-Pétersbourg, le Budokan de Tokyo… Il se produit toujours dans le monde entier et plus particulièrement avec PAUL MAURIAT ORCHESTRA, il parcourt inlassablement le Japon dont il est un passionné, la Chine, la Corée, la Russie…
Actuellement, avec son orchestre LES SWINGERS, il se produit en France et plus particulièrement en REGION CENTRE. Il participe au HUCHETTE SWING SHOW du vibraphoniste Dany DORIZ et joue la « guest star » dans différents orchestres européens.

En 1985 ayant reçu de Camille VERDIER, Directeur du Conservatoire National de Châteauroux, la charge de créer un Big Band, puis d’ouvrir une classe de Jazz, il décide de faire retrouver le jazz à cette ville, mais aussi d’étendre ce projet au département de l’Indre, et même à la Région Centre dont il est issu. Il organise donc des concerts à Châteauroux, en faisant venir des musiciens de renom comme Benny VASSEUR , Gérard BADINI , François BIENSAN, Jean-Claude PETIT, Spanky WILSON, Bob QUIBEL, Christian MAURIN, Maxim SAURY…qui se produiront avec le Big-Band du Conservatoire. Pour cela il écrira des arrangements spécifiques et fera travailler ainsi des élèves très motivés par les prestations prévues.
En 1988, Yanos KOMIVES lui commande une œuvre pour les PHILARMONISTES DE CHATEAUROUX et soliste de jazz, en l’occurrence : le trombone interprété par François GUIN. Ce sera « Concerto pour le Duke ».

Entre 1994 et 1998, il initie et participe activement à la création de pas moins de trois festivals de Jazz : JAZZ EN SUD BERRY (1994), JAZZ EN BRENNE (1995) et JAZZ AU MOULIN (1998), suivis un peu plus tard par celle d’un 4ème festival : JAZZ EN BLESOIS.

F.G.